trousser


trousser

trousser [ truse ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XIIe; trusser XIIe; « charger » 1080; bas lat. °torsare, de torsus, p. p. en bas lat. de torquere « tordre »
1Vx Mettre en faisceau, en botte. Trousser du foin. botteler.
(1732) Cuis. Trousser une volaille, replier ses membres et les lier au corps avant de la faire cuire. ⇒ brider.
2(fin XIV e) Vieilli Relever (un vêtement qui pend). retrousser. Madame de Courtrai « le dos à la cheminée, troussant sa robe, se chauffait les mollets » (France). Pronom. « Les femmes se troussaient » (Zola), relevaient leurs jupes. — Fam. Trousser les jupes d'une femme, dans une intention érotique. Par ext. Posséder sexuellement. « un mâle brutal, habitué à trousser les filles » (Zola).
(1583) Vieilli Relever, redresser. « Il trousse sa moustache en croc et la caresse » (Hugo).
3(1587) Vieilli ou littér. Faire rapidement et habilement. expédier, torcher. « le Père Dubaton souhaiterait que je lui trousse un petit cantique de Noël » (Anouilh). P. p. adj. Un compliment bien, joliment troussé.

trousser verbe transitif (latin populaire torsare, du bas latin torsum, du latin classique torquere, tordre) Vieux. Relever un vêtement du bas, le retrousser. Populaire et vieux. Posséder une femme, une fille. Littéraire. Composer rapidement, avec brio un article, un compliment, un discours, etc. Relever et attacher les branches qui croissent trop bas. Préparer une volaille en ficelant au corps les membres et le cou. Nouer la queue du cheval ou faire usage du trousse-queue. En moulage de fonderie, réaliser un moule ou un noyau par troussage.

trousser
v. tr.
d1./d Retrousser.
|| v. Pron. Relever ses jupes.
d2./d CUIS Trousser une volaille, ramener et lier près du corps ses ailes et ses cuisses pour la faire cuire après l'avoir plumée.
d3./d Trousser un poème, un compliment, le faire avec rapidité et élégance.
Pp. adj. Un compliment bien troussé.

⇒TROUSSER, verbe trans.
I. — Empl. trans.
A. — Vieilli ou littér.
1. Assembler, fixer ensemble. Trousser du foin, du fourrage; trousser un paquet, un bagage. Un matin les gendarmes venaient dire qu'on était de la réquisition: il fallait trousser son paquet et suivre les autres recrues (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 221).
Trousser bagage (vx).
ART CULIN. Replier les membres d'une volaille pour les maintenir au corps, ficeler une pièce de viande pour qu'elle conserve sa forme à la cuisson. Synon. apprêter, brider. Trousser en long, en ballon. La bonne avait épluché ses légumes pour le ragoût, plumé et troussé un canard (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 1111).
2. P. ext. Trousser dans. Emballer, empaqueter dans. Trousser dans un vieux journal une bouteille de vin pour sa belle-sœur (JAMMES, Mém., 1922, p. 124).
Part. passé avec valeur adj. [En parlant d'une pers.] Enveloppé dans (un vêtement). Troussée dans un châle. Elle est là, depuis le commencement de la récréation, troussée dans sa capeline noire (JAMMES, Rom. du lièvre, Cl. d'Elléb., 1899, p. 135).
B. — Vieilli ou littér.
1. Replier, relever, ramener vers le haut le bas d'un vêtement. Synon. retrousser. Trousser ses jupes, son cotillon, son pantalon, sa robe, sa soutane. Tout à coup, elle troussa haut sa chemise, s'assit sur la chaise (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 79). Il releva la ceinture de son pantalon de gros velours, tel un homme qui va se mettre à l'ouvrage, et troussa ses manches (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 126). Empl. pronom. réfl. indir. Se trousser les manches. Se plaignant du froid, et combien il était précoce, cette année, elle se posta devant le feu, en se troussant quelque peu les jupes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 211).
Qqc. trousse qqc. Voisine, à qui en avez-vous? À ce vent polisson qui vous trousse les cottes? (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p. 26).
— [P. méton. de l'obj.] Trousser qqn. Les marmots pullulaient dans leurs jambes, des marmots dont la gourme s'écaillait, des marmots que les mères troussaient le long de l'avenue (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 89).
2. a) Posséder sexuellement une femme. Remonte-moi, Clotaire, que le fricot va brûler. Non que je te dis. Je m'en vas trousser la fille au Birot, j'y ai promis (AYMÉ, Puits, 1932, p. 13):
... Buteau, déjà, avait empoigné la fille sous la jupe, à pleine main. Son enragement tournait toujours en un coup brusque de désir. Tandis qu'il la troussait sur l'herbe, il grognait, étranglé, la face bleuie et gonflée de sang.
ZOLA, Terre, 1887, p. 315.
b) [Avec un compl. plur. ayant gén. une connotation péj.] Courir les femmes, le jupon. Trousser les servantes, les gardeuses d'oies. Je ne sais pas si, comme le prétend madame, monsieur trousse les petites filles dans la campagne... Quand cela serait, il n'aurait pas tort, si tel est son plaisir... (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 109). L'Oberleutnant Steinbauer et l'Oberfeldwebel Hennig, dont l'un troussait à longueur de journée les employées de la Reichsbahn qu'il ramassait au hasard des haltes, sous l'œil intéressé de l'autre (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 337).
C. — 1. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps]
a) Redresser, relever, ramener vers le haut par un mouvement réflexe. Trousser les babines; vache qui trousse la queue. Vous avez l'air d'une poule qui trousse ses plumes (ESTAUNIÉ, Choses voient, 1913, p. 18). [L'inconnu] souriait encore, troussant sa lèvre en coin (GENEVOIX, Boîte à pêche, 1926, p. 188).
Empl. pronom. Avec un rien, une déviation à peine sensible du nez qui se trousse imperceptiblement, la figure sculpturale se chiffonne (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 212).
b) En partic. Relever, maintenir vers le haut avec la main ou avec une fixation. Le vendeur coupe d'un coup de couteau la paille qui troussait la queue de la bête, vache ou cheval, pour montrer qu'elle n'est plus à vendre (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 2, 1954, p. 67).
ÉQUIT. ,,Nouer la queue du cheval, ou faire usage du trousse-queue`` (Lar. encyclop.).
Trousser sa moustache. [Napoléon III] trousse sa moustache en croc et la caresse (HUGO, Châtim., Paris, Hachette, 1932 [1853], p. 206).
2. SYLVIC. ,,Relever les branches ou les sarments, lorsqu'ils croissent trop bas, en les attachant autour du tronc ou d'un piquet`` (FÉN. 1970).
D. — 1. Vx. [Le suj. désigne une maladie] Faire mourir rapidement, expédier dans l'autre monde. Une maladie violente a troussé cet homme en deux jours (Ac. 1798-1878).
P. ext., arg. Assassiner. Il n'y en a pas cher comme sézig pour trousser en cinq secs et sans faire de saletés (BRUANT 1901, p. 33).
2. Vieilli ou littér.
a) Exécuter efficacement et promptement quelque chose. Elle était joliment forte, quoique pas plus grosse qu'une mauviette; elle vous troussait la besogne, fallait voir! (ZOLA, Page amour, 1878, p. 858).
b) Exécuter avec rapidité, dextérité (une œuvre artistique). C'est la femme de Greuze, faite par Greuze (...). C'est de la chair palpitante, c'est la vie et il n'y a ni science, ni art; c'est troussé en deux heures, avec le reste de la palette (BALZAC, Lettres Étr., t. 3, 1845, p. 51).
c) En partic. Rédiger, composer avec aisance et/ou promptitude (un texte, une pièce de musique,...). Trousser une historiette, une anecdote, un compliment; trousser une ballade, la musique d'un ballet. Sans vouloir en faire un écrivain, il serait commode pour Victor de savoir trousser une lettre (FLAUB., Bouvard, t. 2, 1880, p. 175). Cependant, n'est pas journaliste qui veut. Trousser un écho, rédiger une chronique, faire un article, c'est un art (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 95).
E. — TECHNOLOGIE
1. FOND. ET LAMINAGE. Réaliser le moule ou le noyau d'une pièce de révolution par troussage. (Dict. XXe s.).
2. MINES. Exécuter un troussage (Dict. XXe s.).
II. — Empl. pronom. réfl., vieilli
A. — Relever ses jupes, ses vêtements souvent avec indécence. Se trousser jusqu'aux reins. Quand elle a été malade (...) elle montrait une facilité à se faire voir, à se trousser devant le monde, devant tout le monde, que c'était incroyable (GONCOURT, Journal, 1869, p. 536).
B. — P. euphém. Se soulager, faire ses besoins. Le seul inconvénient était de se déranger, une fille se levait de temps à autre, allait au fond, près de la pompe, se troussait, puis revenait (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1271).
III. — Empl. intrans.
A. — ÉQUIT. [Le suj. désigne un cheval] Plier fortement ses antérieurs en marchant (d'apr. ST-RIQUIER-DELP. 1975). [En concours hippique] Un cheval qui trousse, au saut d'un obstacle, plie bien ses antérieurs sous lui (TONDRA Cheval 1979).
B. — FAUCONN. [Le suj. désigne l'autour] ,,Saisir le gibier par en dessous`` (Lar. encyclop.).
REM. 1. Trousse-, élém. de compos. issu d'une forme du verbe trousser, entrant dans la constr. de qq. subst. V. trousse-galant et aussi: a) Trousse-cotte, trousse-jupe(s),(trousse-jupe, trousse-jupes) trousse-jupon(s), (trousse-jupon, trousse-jupons)subst. masc. Homme qui trousse les femmes, coureur de jupons. Celui que j'aime, c'est Putouarey trousse-cotte, et Putouarey cœur-loyal (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 205). Ils ne s'embêtent pas dans leur coin! Lucie, méfie-toi du gars Denis: c'est un trousse-jupons comme on n'en fait plus! (TROYAT, Les Semailles et les Moissons, t. 2, Amélie, Paris, Plon, 1956 [1955], p. 213). P. métaph. Ils l'appelaient contemplateur des demoiselles araignées et petit trousse-jupes de madame Philosophia (A. FRANCE, Puits ste Claire, 1895, p. 59). b) Trousse-pet, subst. masc., trousse-pète, subst. fém., vx, fam., péj. Petit garçon, petite fille; en partic., enfant qui fait l'important. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. morveux. c) Trousse-pied, subst. masc. Lien en cuir avec lequel on attache le pied d'un cheval pour lui ôter la faculté de frapper, de se déplacer. Les Belges pratiquent parfois leur examen sur l'animal ayant un pied tenu dans un trousse-pied (BRION, Jurispr. vétér., 1943, p. 249). d) Trousse-queue, subst. masc. Partie du harnais d'un cheval que l'on fait passer à la base de la queue pour la relever (d'apr. FÉN. 1970). 2. Troussoire, subst. a) Subst. fém., technol. ,,Pince d'émailleur`` (HAVARD 1890). b) Subst. masc. ou fém. ,,Agrafe destinée à relever un des pans des robes longues des dames`` (GAY t. 2 1928).
Prononc. et Orth.:[], (il) trousse []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 trusser, trosser « charger quelque chose (surtout sur une bête de somme); charger (une bête de somme, etc.) » (Roland, éd. J. Bédier, 130 et 701); ca 1215 trouser (Aymeri de Narbonne, 2242 ds T.-L.); 1225-30 trousser (Boeve de Haumtone, III, 4307, ibid.). 2. a) ca 1135 trosser « faire les bagages, mettre en paquet » (Couronnement St Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 277); ca 1210 trousser (Dolopathos, 34 ds T.-L.); b) mil. XVe s. trousser ses sacs et ses quilles « faire ses bagages pour s'en aller » (Ch. D'ORLÉANS, Rondeau, LXXVII ds Poésies, éd. P. Champion, t. 2, p. 334); 1512 trousser tous ses bagages (LEMAIRE DE BELGES, Illustrations, éd. J. Stecher, II, 22, p. 217); 1567 trousser bagage (AMYOT, Vies, Pompée, 12 ds HUG.); 3. a) déb. XIVe s. trousser « relever (les vêtements) » (Ovide moralisé, Commentaire de Copenhague, éd. C. de Boer, t. 5, p. 408); 1424 toursser quelqu'un (surtout une femme) « relever les vêtements, les jupes de quelqu'un » (Arch. Nord B, 10384, f° 28 r° ds IGLF Moy. Âge); 1456-67 trousser sa dame (Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. Sweetser, 61e Nouv., 101); 1538 se trousser « relever son vêtement » (EST.); b) fin XIVe s. trousser « relever » (EUSTACHE DESCHAMPS, Ballade ds Œuvres, éd. Queux de Saint-Hilaire, t. 5, p. 49); 1547 queue troussée (d'un passereau) (MELLIN DE SAINT-GELAIS, Œuvres, éd. Pr. Blanchemain, t. 1, p. 60); 1579 trousser la queue (des mots) (ESTIENNE, Précellence du lang. fr., éd. E. Huguet, p. 45); 1583 trousser la queue (d'un cheval) (Colloquia cum dictionariolo sex linguarum ds GDF.); c) 1558 « préparer, mettre en ordre » (Anc. Théâtre fr., éd. Viollet-le-Duc, t. 4, p. 151); d) 1721 trousser une volaille cuis. (Nouv. maison rustique t. 2, p. 647); 4. a) déb. XIIIe s. torser de « détrousser quelqu'un de quelque chose » (RAOUL DE HOUDENC, Vengeance Raguidel, éd. M. Friedwagner, 1280); 1512 trousser « id. » (LEMAIRE DE BELGES, op. cit., II, 8, p. 75); b) ca 1450 trousser « emmener quelqu'un » (ARNOUL GRÉBAN, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 19076); 1567 trousser (qqn) « prendre de force, enlever » (AMYOT, Vies, Antoine, 63 ds HUG.); c) 1456-67 trousser le compte court « dire un conte promptement » (Cent Nouvelles Nouvelles, 1re Nouv., 66); 1604 trousser « conclure » (Fr. DE SALES, Lettres, 234 (XII, 353) ds HUG.); 1616 trousser (un épigramme) « fabriquer vite » (D'AUBIGNÉ, Tragiques, éd. A. Garnier et J. Plattard, t. 2, p. 82, 1131); d) ca 1550 estre troussé « mourir en peu de temps » (Anc. Théâtre fr., t. 2, p. 191); 1594 estre troussé en male « id. » (Satyre Ménippée, Epitaphe du Chevalier d'Aumale, éd. Ch. Read, p. 304); e) 1611 trousser (un verre) « boire rapidement » (COTGR.); 5. a) 1456-67 (tetin) bien troussé « bien fait » (Cent Nouvelles Nouvelles, 35e Nouv., 131); 1616 troussé « paré (en parlant d'une femme) » (Comte DE CRAMAIL, Com. des Prov., III, 1 ds LIVET Molière); 1640 bien troussé « bien fait, propre, bien ajusté (en parlant d'une personne) » (OUDIN Curiositez); b) 1548 bien troussé (sujet d'une œuvre littér.) « fait lestement, de façon pimpante » (N. DU FAIL, Baliverneries, éd. J. Assézat, p. 145); 1558 [éd.] bien trousser (une parole) « dire lestement sans bégayer » (BONAVENTURE DES PÉRIERS, Nouvelles récréations et joyeux devis, éd. K. Kasprzyk, 45, 185); c) 1558 [éd.] nez troussé (ID., ibid., 48, 197). D'un lat. de basse époque torsare, dér. de torsus, var. de tortus, part. passé de torquere « tordre ». Fréq. abs. littér.:52.
DÉR. 1. Troussage, subst. masc. a) Art culin. Action de trousser une volaille. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. troussement. b) Métall. « Action de faire tourner le trousseau sur le sable dans le moulage au trousseau » (PEYROUX Techn. Métiers 1985). Troussage de révolution; troussage au gabarit (PEYROUX Techn. Métiers 1985). c) Mines. Garnissage destiné à éviter l'éboulement du charbon sur le côté d'une galerie. Les piqueurs établissent (...) un troussage avec des planches et des étais, afin d'éviter que le gonflement ne fasse éclater la houille en petits morceaux (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 711). []. 1res attest. a) ) ca 1390 troussaige « chose dont on est chargé » (JEAN D'ARRAS, Mélusine, éd. L. Stouff, p. 102), ) 1465 « action de charger » (Compt. de l'aumosn. de S. Berthomé, f° 114 r°, Bibl. La Rochelle ds GDF., s.v. toursage), b) 1794-95 « garnissage qui soutient le plafond (terme des mines) » (BAILLET, in Journ. des mines, n° 18, p. 4 ds QUEM. DDL t. 28), c) 1876 « opération qui consiste à assujettir les membres d'une volaille ou d'une pièce de gibier avec de la ficelle de cuisine » (Lar. 19e), d) 1933 métall. « opération qui a pour objet, en fonderie, de réaliser un moule en sable » (Lar. 20e); de trousser, suff. -age. 2. Troussement, subst. masc. a) Art culin. Action de trousser une volaille. Synon. troussage. Enfin une peinture en action du troussement, du flambement, du cuisinement d'un faisan à la géorgienne (GONCOURT, Journal, 1896, p. 927). b) Le fait de se relever, de se redresser. La branche remonta dans la nuit avec un petit troussement d'aile (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 149). c) Au fig. Tournure, manière. Il trouva des images charnelles (...) des modelés troublants comme ceux des papiers bleus de Prudhon et des troussements de pensées semblables à des Rops parlés (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 42). []. 1res attest. 1884 troussements de pensées id., 1896 troussement d'un faisan (GONCOURT, loc. cit.); de trousser, suff. -(e)ment2. 3. Trousseur, subst. masc. a) Text. ,,Ouvrier spécialisé du finissage des tissus`` (Mét. 1955). Le fém. trousseuse est virtuel. b) Homme qui trousse (les jupons, les femmes). Synon. coureur (de filles, de jupons). Trousseur de filles, de bonnes, de servantes; trousseur de jupons, de cotillons. Il y a, même chez les trousseurs de jupons, chez les hommes les plus sensuellement frivoles et changeants, une femme (...) qui, de loin parfois, mais absolument, domine leur vie (ARNOUX, Solde, 1958, p. 173). c) Celui qui exécute, qui fait quelque chose rapidement, avec dextérité. Les trousseurs de faux tableaux n'oublient pas d'imiter ces craquelures (MOREAU-VAUTHIER, Peint., 1913, p. 281). []. 1re attest. 1879 trousseur de filles (CLADEL, Ompdrailles, p. 103); de trousser, suff. -eur2. 4. Troussière, subst. fém. a) Maçonn. Corde servant à réunir deux pièces d'un échafaudage. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Équipement du cavalier servant à transporter des trousses de fourrage. La cavalerie avait une tente pour huit hommes, et tout ce qui convient aux cavaliers, cordes et piquets, troussières pour aller au fourrage (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 49). []. 1res attest. 1470 troussière « corde servant à élever des fardeaux » (Arch. Nord, B 3539, f° 60 ds IGLF), 1876 « corde avec laquelle on unit deux pièces d'un échafaud » (Lar. 19e); de trousser, suff. -ière. 5. Troussis, subst. masc., vx, cout. Pli fait à une jupe, à une robe pour la raccourcir. Synon. retroussis. Faire un troussis à une jupe (Ac.). Cette robe est trop longue, il faut y faire un troussis (Lar. 19e). []. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. 1611 (COTGR.); de trousser, suff. -is.
BBG. — BIERBACH 1982, pp. 400-401 (s.v. trousse-). — QUEM. DDL t. 5. — ROQUES (M.). Romania. 1948, t. 70, pp. 127-128. — TILANDER (G.). Trousser et trou, trognon. St. neophilol. 1943-44, t. 16, p. 185.

trousser [tʀuse] v. tr.
ÉTYM. Fin XIIe; trusser, XIIe; « charger », 1080; du bas lat. torsare, du lat. class. torsus, p. p. de torquere « tordre ».
A Concret.
1 Vx. Mettre en faisceau, en botte. || Trousser du foin, un paquet, un bagage.(1732). Cuis. || Trousser une volaille : replier ses membres et les lier au corps avant de la faire cuire. Brider.
2 (Fin XIVe). Vieilli. Relever (un vêtement qui pend). Retrousser. || Trousser ses jupes, sa cotte, son cotillon.
1 On trousse les habits longs, les jupes, de peur des crottes, de peur qu'on ne marche dessus. On trousse ses bas, ses chausses, quand ils sont avalez.
Furetière, Dict., art Trousser (1690).
2 La vieille madame de Courtrai, debout le dos à la cheminée, troussant sa robe, se chauffait les mollets.
France, l'Anneau d'améthyste, IX, Œ., t. XII, p. 138.
Fam. || Trousser les jupes d'une femme : les relever (dans une intention érotique).Trousser une femme : la posséder sexuellement.
3 (…) un mâle brutal, habitué à trousser les filles au fond des fossés (…)
Zola, la Terre, III, I.
4 Ce fut là qu'alla vivre le capitaine déchu, mêlé à la Révolution française sans la comprendre, troussant les servantes d'auberge et toujours à court d'un louis.
A. Maurois, la Vie de Byron, I, II.
4.1 (…) leur plus pressé, ce serait d'abord de la trousser. Et remarque bien, ce n'est pas l'envie qui m'en manque. Elle est dans son lit, n'est-ce-pas ?
M. Aymé, la Vouivre, p. 219.
3 (1583). Relever, redresser.
5 Il trousse sa moustache en croc et la caresse (…)
Hugo, les Châtiments, III, IV.
Trousser la queue d'un cheval ( Trousse-queue).Par ext. || Cheval qui trousse la queue (→ Crottin, cit. 2).
B Abstrait.
1 (Fin XVIe). Fam., vx. Enlever rapidement, faire mourir. || Cette maladie l'a troussé en quelques jours ( Trousse-galant).
2 (Fin XVIe). Littér. ou vieilli. Hâter, précipiter (une chose, une affaire). Enlever, expédier. || L'affaire a été vite troussée. Torcher.Spécialt. Composer rapidement (une petite œuvre). || Trousser un compliment. Tourner.
5.1 — (…) Mademoiselle Supo, le Père Dubaton souhaiterait que je lui trousse un petit cantique de Noël. La commande est urgente.
J. Anouilh, Ornifle, I, p. 49.
5.2 C'est la première fois que je me mêle de trousser un texte de loi.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 88.
——————
se trousser v. pron.
Relever ses jupes, un vêtement analogue.Par ext. Aller à la selle.
6 Rognes puait le raisin pendant huit jours; on en mangeait tant, que les femmes se troussaient et les hommes posaient culotte, au pied de chaque haie (…)
Zola, la Terre, IV, IV.
——————
troussé, ée p. p. adj.
1 Relevé. || Jupes troussées (→ Fourmi, cit. 8). || Jupon troussé (→ 1. Fou, cit. 50).Par ext. || Femme troussée (→ Indécent, cit. 2), aux jupes relevées.
7 Par terre, les cottes troussées, elle étranglait de rire, elle bégayait qu'elle ne s'était pas fait de mal.
Zola, la Terre, II, IV.
8 On la voyait encore, les manches troussées, le tablier levé d'un coin, moitié dimanche, moitié travail, passer dans la maison, secouer une marmite, glisser un coup de balai (…)
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, V.
2 Dont les membres sont liés (volaille). || Des oies troussées (→ Plat, cit. 24).
3 Fig. Tourné (en parlant d'une phrase, d'un compliment, etc.).
9 Oui, elle est bien troussée, cette phrase-là ! Êtes-vous heureux d'être si savant, monsieur Gaudron !
Balzac, les Employés, Pl., t. VI, p. 999.
10 — Ah ! vraiment ? Ma circulaire a été goûtée ?
— Je vous en réponds !… On peut dire qu'elle était joliment troussée, votre circulaire ! Je compte sur une forte majorité.
E. Labiche, la Grammaire, 3.
DÉR. Troussage, trousse, trousseur, troussière, troussis, troussoire.
COMP. Détrousser, retrousser, trousse-galant, trousse-jupons, trousse-pet, trousse-pied, trousse-queue.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • trousser — sa robbe, Vestem colligere. Trousser par dessous et ceindre, Succingere. Se trousser, Lumbos extollere. Se trousser et apprester, Praecingere se, vel Accingere. Certainement il se trousse, Certe expedit se. Que chacun trousse son bagage, Signo… …   Thresor de la langue françoyse

  • trousser — Trousser. v. a. Replier, relever ce qui pend trop bas. Trousser une robe, un long manteau. trousser ses jupes. troussez la courte pointe, elle pend trop bas. troussez vous de peur de vous crotter. Il sign. fig. Expedier promptement. Les Juges ont …   Dictionnaire de l'Académie française

  • trousser — (trou sé) v. a. 1°   Terme de marine. Courber en dedans (ce qui est le sens étymologique, trousser ayant en radical le lat. torquere, tordre). 2°   Mettre en trousse, en faisceau. •   Et troussant mon paquet, de sauver ma personne, RÉGNIER Sat.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TROUSSER — v. a. Replier, relever. Il se dit ordinairement en parlant Des vêtements qu on a sur soi. Trousser sa robe, son manteau, ses jupes.   Il se dit aussi en parlant Des personnes, et signifie, Trousser leur vêtement. Troussez cet enfant, afin qu il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TROUSSER — v. tr. Replier, relever; il se dit le plus souvent en parlant des Vêtements qu’on a sur soi. Trousser sa robe, son manteau, ses jupes. En termes de Cuisine, Trousser une volaille, Rapprocher du corps les ailes et les cuisses, la préparer pour la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • trousser —    Se faire trousser    Se faire baiser.     Mais aux champs une fillette    Se fait volontiers trousser.    DE LA FIZELIÈRE …   Dictionnaire Érotique moderne

  • trousser — v.t. Posséder sexuellement …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • trousser — vt. => Retrousser …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • trousser une femme —    La baiser, la femme étant aussi vite baisée que troussée, ou femme troussée étant considérée comme foutue.        Quoi! tu te laisses trousser tout de suite?    LA POPELINIÈRE.         Lise, indignée en sentant qu’il la trousse,    Sans doute… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • se trousser — ● se trousser verbe pronominal Vieux. Relever ses jupes …   Encyclopédie Universelle